La plateforme infinite RPG fermera à partir de novembre 2019. En savoir +
{{{$data->nom}}}

Désert Pourpre

La grande rue des festivités | Quête global

Devant vous se dresse la grande rue des festivités. Il y a une multitude de stands et donc beaucoup de foule, des petites musiques médiévales et des acrobates dont des mini-spectacles dans la rue. Au centre de la rue des jeunes habillés en uniforme de l'armée de l'humanité dansent avec joie en avançant dans la rue. Des gardes ont même pour travail d'envoyer des confettis sur les passants.


Les conquérants et les politiciens possèdent suffisamment d'argent (voir jeux de dés.)

Les aventuriers possèdent peu d'argent, mais ils peuvent faire un ou deux achats.

Les pauvres n'ont pas d'argent à dépenser


La grande rue des festivités est constitué :

- D'une multitude de stands, dont :

- Le stand de ventes de peluches (Propriétaire : Fabrice Cazneu.)

- Le stand de tirs d'air-soft (Propriétaire : Marvin Pazu.)

- Le stand de miroirs (Propriétaire : Sylvie Malodruziki.)

- Le stand de ventes d'épée (Propriétaire : Olympio Caziloni.)

- Le stand de ventes d'armures (Propriétaire : Waza Caziloni.)

- Le stand d'exposition de tableaux (Propriétaire : Vincent Mathieu.)

- Le stand de cumpcakes (Propriétaire : Popo Muffin.)

- Le stand de fleurs (Propriétaire : Grace Van Panzer.)

- Le stand de chapeaux (Propriétaire : Elvis Layton.)

- Le stand de légumes (Propriétaire : Vanessa Patrénet.)

- Le stand de vêtements (Propriétaire : Hollande Désigual.)

- Le stand de véhicules : chameaux (Propriétaire : Filipilos.)

- Le stand d’oreillers (Propriétaire : Paul Podo.)

- Le stand d'instruments de musiques (Propriétaire : Marlou Billion.)

- Deux groupes exerçant de la musique :

- 3 joueurs de flutes joviales

- Une jeune violoniste sautillante accompagné de son amoureux au piano de rue.

- 3 acrobates :

- Un vielle homme maîtrisant l'art des claquettes.

- Une très jeune fille faisant un jonglage d'un niveau professionnel.

- Deux femmes faisant des saltos et se jetant de la poudre coloré.

( Attendre l'intervention du MJ pour commencer la quête.)

Alors que vous profitez des activités, vous remarquez 3 hommes très bien habillés, en costard (oui ça existe même dans l’ère médiévale, on est tout de même en 2158!). Les 3 hommes avancent discrètement dans la foule, vous décidez alors de les suivre...

0

RP posté le

Vous commencez dans cette rue, décrivez vos objectifs et explorer votre environnement.

0

RP posté le

Rentrée de son premier voyage d'exploratrice qui s’était avéré bien plus compliqué que prévu, la fête de Wasamba semblait être le lieu le plus adapté pour se détendre avant son prochain voyage. L'ambiance était joviale et légère à la fois, personne ne ressentais cette entrée en guerre de l'Humanité contre les Manticores. Mia souriais et trottinais à travers la foule, elle était heureuse. Elle avais réussi à fausser compagnie à son équipage juste pour s'amuser et maintenant elle se promenais sur la grande rue principale des festivités.

Son attention s'est vite attiré par un stand situé à droite du populaire stand de vêtements, ces derniers étant des biens populaire de Wasamba. Mia préférais néanmoins ce petit stand à sa droite, un stand d'instrument de musique. Il était moins populaire de son voisin, mais il proposais de nombreux instruments de musique. Mia venais de décider qu'il lui faudrait absolument une guitare, pour égayer les voyages éprouvant la prochaine fois avec son équipage. Mais le problème était de choisir la guitare, Mia ne savais pas en jouer et ne savais pas laquelle était la plus adapté pour elle. Elle décida alors de se diriger vers l’accueil où se trouvais la propriétaire du stand, Marlou Bilion.

" Bonjour ! Je désirerais avoir une guitare ! Par contre je n'en ais jamais joué auparavant, du coup j'aimerais avoir vos conseils pour choisir la meilleure guitare pour moi, dit-elle en souriant gentille-ment à la commerçante.

Espérons que la commerçante ne l'arnaqueras pas.

[1d6]

0

RP posté le

Dans ses beaux vêtements, accompagné de son corbeau, Tadgh allait, regardait les stands, n'achetant rien, comparant les prix, parfois même se surprenant à les noter, réflexe de Ministre de l'Économie. Il parcourait les stands du regard, parfois observant les articles, parfois les oubliant tant il était envahi de pensées diverses et variées. De çà et là, il voyait des pauvres, des chasseurs, parfois même des politiciens, mais ils restaient une espèce en voie de disparition parmi cette agglomération de gens pauvres, de gueux et de violents personnages.

Cette foule immense était sans doute un énorme amas de gens sans cœur, d'hommes sans âme et des plus basses ordures, ça ne le changeait guère des cercles politiques qu'il croisait souvent à l'Assemblée d'Humos. Emporté dans ce flot continu et incoercible de foule, cette multitude, cette foulitude de foules diverses et variées, qui l'emmenait loin, pour en sortir ainsi qu'on sort d'une rivière dont le courant vous emporte trop loin, il s'évertua à aller latéralement, à marcher contre ce courant chaotique et imprévisible et réussit en s'appuyant sur la gauche, sur la droite, des fois sur les deux en même temps et finit au bout d'un certain temps à traverser la rue de bout en bout.

Tout de go, il vit un stand qui l'attirait, pour lequel il avait de l'attirance, un tant soit peu. Et aimanté par ce stand qui vendait l'aliénable art dont jamais Tadgh fut instruit, cette chose, cet essence qui ne l'avait jamais touchée et que réciproquement lui n'avait jamais ne serait-ce que frôler. Il s'approchait de stand de musique.

Il s'installa derrière une jeune femme apparemment aspirante guitariste...Il la regarda et après un instant regarda chaque instrument, les pianos, les guitares, les violons, cet orchestre inanimé et mort que ressusciteraient jamais des musiciens sans doute. Une guitare, un triangle, une flûte peut-être revivront unis, se revigoreront ensemble joyeusement après maints et maints entraînements musicaux. Mais la limite se trouvait là, hélas, le prix effarant des instruments leur coûterait leur résurrection, à moins que l'Orchestre d'un politicien, l'Orchestre d'un plus riche, l'Orchestre d'un plus grand, ou bien national, vienne faire ses achats en ce lieux, ce qui paraît en tout point, improbable. Ah ! Vieux instruments qui ne chanteront plus...Quelle beauté tout de même...Il en était bouche bée, attendant son tour, allait-il craquer pour un de ses objets d'art subtils et raffinés ? Nul ne le savait encore mais son porte-monnaie risquait grandement d'en pâtir...

0

RP posté le

Intervention du Mj

Petite intervention au stand d'instruments de musique.

Les lancers de dés ne sont pas encore activé (mais bientôt opérationnel !) du coup pour le lancer de Mia, j'ai utilisé une application mobile de lancer de dés, le résultat est le suivant :

Pour 1d6 = 4/6 = Résultat plutôt positif.

Mia Laurena : Marlou Billion vous regarde avec tendresse. On remarque directement que cette bonne femme agis dans la vie de tout les jours avec bonté.

" Et bien ma chère, cela me fait plaisir que même des jeunes adultes comme toi sont encore intéressé à apprendre l'art de la musique. J'ai des guitares de qualité standard qui conviendrais parfaitement à une pure débutante comme toi ! Et puisque tu n'as aucune notion de solfège pour le moment, je peut t'offrir ce petit carnet pour débutant en complément de l'achat de cette guitare médiévale classique. ( environ 80 pièce de sables. )

L'offre de la commerçante vous intéresse ?

Tadgh O'Sullivan : Tandis que vous patientez dans la fil d'attente en admirant un magnifique violon d'un sombre bois d'un vieux chêne, une mendiante venue de la rue vous interpelle en vous postillonnant sur le visage :

" VOUS ! Vous êtes l'infâme crapule qui nous as expulsé, mon mari et moi de Libertao à cause de nos soucis financiers ! Les ruines de Oria étant un des bidonvilles des plus dangereux du contour d’Émeraude, mon mari s'est vite fait poignardé et me voilà à présent seule face à ce monde cruel ! Je maudis votre nom et vos descendant pour vos actes inhumains !

Comment allez vous réagir à cela ?



0

RP posté le

Quand une femme, une mendiante habillée de quelques brins de tissus pauvres, adipeux et sales, Tadgh fut presque choqué.

"-Pardon ??! Vous me tenez responsable d'actes inhumains, mais savez-vous seulement quel est mon métier ? Ah c'est bien beau, madame, de vous jeter sur autrui et de maudire le premier politicien que l'on voit sous prétexte qu'il est ci ou qu'il est ça, c'est forcément lui le problème et de lui que tout vos maux découlent ! Mais madame, et vous le savez, je ne suis pas huissier, je n'ai mis à la porte ni vous, ni votre mari ! Et je suis encore moins brigand ou assassin, mais vous qui croyez-vous être ? Le centre du monde ? Vous pensez qu'on ne songe qu'à vous à l'Assemblée ? Et croyez-vous que j'ai les pleins pouvoirs sur l'entièreté de la ville ? Croyez-vous que parce qu'on est ministre de l'économie, on règle tout en un coup de baguette magique ? Allez-vous êtes bien sotte, vous êtes bien bête, songez bien qu'on a plus que vous à nous occuper, et que comprenez bien la politique n'est pas une joute idéologique à qui mieux-mieux mais un rapport de force véritable ! Allez, songer à ça vous causerait des maux de têtes, prenez ces 100 pièces de sable, allez manger et envoyez une missive à quelques responsables locaux qui vous aideront, moi je ne peux rien pour vous que ces aumônes. La Ministère Économique ne m'en donne pas les moyens. Mais sachez pour votre conscience, que je ferais cas de votre affaire à l'Assemblée, ma bonne dame."

Il espérait que la miséreuse parte tandis qu'il commençait à écrire sur son carnet, espérant ne pas trop avoir attiré l'attention.

[1d6] (pour la femme)

[1d6] (pour attirer l'attention)

Lancers de dés :
[1d6] = 2[1d6] = 6
0

RP posté le

Mia réfléchis un court instant. La dame ne semblait pas avoir de mauvaises intentions, néanmoins le prix de la guitare revenais à l'ensemble des pièces qu'elle avais dans sa poche, ces pièces qui devais normalement lui payer un repas ainsi qu'une chambre pour pouvoir continuer les festivités le lendemain matin. Mais Mia se dit qu'elle emprunterais gentille-ment à ses matelots, elle les remboursera avec le butin de la prochaine aventure. En arborant un sourire malicieux, l'exploratrice sorti la bourse et la posa sur le comptoir.

" Parfait ! Merci de votre générosité, cela me vas droit au cœur, dit-elle tendrement.

Tandis qu'elle prenais dans ses mains la petite guitare toute mignonne, elle fut attiré par une exclamation dans son dos. Lorsqu'elle se retourna pour observer la scène, il semblerais que tout les clients du stands et même certains dans la rue avais été interpelé de la même façon. Un homme qui semblait être fortuné semblait crier sur une pauvre qui était, elle aussi, énervé.

- [...] Croyez-vous que parce qu'on est ministre de l'économie, on règle tout en un coup de baguette magique ?

Ministre de l'économie ? Mia se souvenais d'avoir auparavant lu dans un journal le nom du ministre de l'économie. Taj, Jac, elle se souvenais plus vraiment du nom, mais elle voyais bien que l'homme avais la tête de l'emploi. Il devais posséder un des costumes des plus chères de la capital et son comportement semblait atypique, tel un aristocrate avec un comme animal de compagnie un corbeau tout aussi atypique. A première vu, l'homme n'avais pas l'air d'être ici pour se faire des amis, mais il semblait être si ténébreux, comme si il cachais des mystères.

Mia et lui était totalement opposés l'un de l'autre. Tandis qu'elle avais connu les différentes façons de vivre et qu'elle essayais de s'ouvrir au monde qui l'entourais, cet homme n'avais que faire des problèmes du peuple et s’occupait des affaires de son niveau, du haut de sa tour de fer. Elle pris alors sa guitare et la positionna sur le dos, puis elle parti du stand en jetant un coup d’œil furtif au "ministre". Elle arriva dans la rue en se demandant ce qu'elle allais faire.

[1d6] (pour voir les activités de la rue.)

Lancers de dés :
[1d6] = 3
0

RP posté le

Intervention du MJ

2eme intervention au stand d'instruments de musique.

Tadgh O'Sullivan :

- Pour la femme = 2/6 = Résultat négatif, échec du lancer.

- Pour attirer l'attention = 6/6 = Résultat super positif, réussite critique du lancer.

• Pour la femme :

La mendiante ne semble pas apprécier ou même comprendre votre tirade. Néanmoins durant un court instant, avoir les 100 pièces de sables dans les mains semblait l'avoir calmé, mais elle se repris rapidement ses esprits et lança les pièces sur votre costume de ministre.

" Je n'ai que faire de votre argent, cela ne rendra pas mon mari !

La mandante ne semble pas déterminé à partir et veut plus de réponse ou de culpabilité de votre part. Comment réagirez-vous à cette acte provocateur de la part de la pauvre ?

• Pour attirer l'attention :

Vous n'avez pas été discret du tout. L'ensemble des clients du stand ainsi que les stands voisins ont écouté votre tirade sans dire un mot. Parmi eux se trouvais en majorité des citadins et des riches des villes de la forêt d’Émeraude, ils semblaient donc dévisager la mendiante, ils semblent être de votre coté. Vous remarquer néanmoins dans la foule un homme bien différent du reste des autres clients, il portait un costume assez coûteux de couleur jaune/or et noir. Il semble vous observer d'un air mystérieux. Dés qu'il vit que vous l'avez remarqué, il se mêla au flot de la foule de la grande rue.

Mia Laurena :

- Pour les activités de la rue = 3/6 = Résultat plutôt négatif.

Vous ne remarquez pas grand chose de plus, il y a toujours les mêmes activités depuis le début de la journée. En face de vous se trouve le duo amoureux de la violoniste et du pianiste. Ils ne semblaient toujours pas essoufflé de leur performance qui semblait durer des heures.

0

RP posté le

"-Bien sûr que je ne peux pas vous rendre votre mari, qui le peut ??? Je vous propose de l'argent pour réduire vos souffrances et vous le refusez ! Revenez dans le présent, le pouvoir ne fait pas dans le temps ! C'est trop tard, et aujourd'hui vous devez avancer si vous voulez que tout s'arrange !!! Le comprenez-vous ?? Comprenez-vous ça qu'il faut aujourd'hui vivre avec mon aide, je vous l'ai dit je ferais part de vos soucis avec mes collègues régionaux mais je ne peux pas faire plus, madame. Vous avez de la chance, un autre que moi aurait appelé ses gardes du corps et vous aurez fait frapper ! Prenez cet argent et survivez, nous allons changer les choses ! Bon sang que voulez-vous de plus ?"

Il regarda la femme, les yeux dans les yeux, toujours calmement. Avec son intonation de politique.

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 5
0

RP posté le

Avec sa nouvelle guitare fraichement acheté il y a peu rangé sur son ton, elle avais la sensation d'être une bohémienne en voyage. Mia est toujours en voyage de toute façon, elle n'es pas prêt de trouver un foyer qui serais capable de la garder sur place, elle qui s'envole au même rythmes des grains de sables.

Elle se retrouva face au couple de musiciens qu'elle avais aperçu plus tôt. La violoniste jouait avec passion, elle dansais autour du piano de son fiancé, elle était comme une sorte de petit ange qui glissais sur un nuage entourant le cœur qui était le piano, la machine à sentiments qui à chaque notes, retentissais au plus profond du cœur de Mia. Ah si seulement elle savais jouer elle aussi d'un instrument, elle les aurais rejoins de tout cœur. Cependant elle ne l'aurais pas fait aussi pour éviter de gâcher ce moment de complicité entre les deux amoureux.

Mia se rendais compte tout d'un coup qu'elle n'avais pas de compagnon de voyage. Oui certes elle avais son équipage, mais elle avais une fâcheuse habitude de vouloir les semer pour les nommer vraiment compagnons de voyage. Peut être qu'un animal de compagnie pourrais lui convenir, à voir avec le temps.

Mia avais envie de bouger, de trouver quelques chose de curieux à visiter. Elle observa alors la foule, en mangeant un pain qu'elle avais piqué à un de ses matelots plus tôt.

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 6
0

RP posté le

Intervention du MJ

Dernière intervention au stand d'instrument de musiques et début de la quête.

Tadgh O'Sullivan :

- Pour la femme = 5/6 = Résultat positif, réussite du lancer.

La mendiante semble perdu dans ses pensées, on dirais qu'elle vous as finalement écouté. Elle ramassa rapidement les pièces qu'elle vous avais jeté auparavant puis s'enfuit rapidement dans une ruelle connexe. Les gens qui vous observaient applaudirent sans conviction puis se remirent à leurs activités. Vous n'avez plus en vue l'homme en costume.

Mia Laurena :

- Pour la foule = 6/6 = Résultat positif, réussite critique du lancer.


>>> Mia enclenche le début de l'intrigue <<<


Alors que vous observez tranquillement la foule en mangeant votre bout de pain, vous remarquez alors nettement 3 hommes qui avancent en groupe dans la foule, mais à la fois discrètement. Ils étaient tout 3 vêtus d'un costard de couleur jaune/or et noir et celui qui semblait mener les deux autres possédait un sceptre. Ils contrastaient énormément dans la foule et semblait bien louches. De plus ils avaient l'air pressé et semblait jeté des coups d’œils à leurs arrières. Poussé par votre curiosité, vous vous mettez à les suivre.

Tadgh peut également les voir et il remarque également leur attitude étrange.

0

RP posté le

Le père Timéo n'avait rien bu la veille, ni ce matin, ca le rendait un peu raleur, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour faire des affaires ici, il avait ses réserves de monnaies qui commençaient à s'épuiser, il lui fallait reprendre la route, il avait besoin d'un chameau, ses jambes n'étaient plus aussi vaillantes qu'avant, les jongleurs et acrobates autour de lui batifolaient dans les airs, tout avait des couleurs de fête, les rues avaient été ballayés pour l'occasion et lui se rendait vers l'endroit qui sentait le plus mauvais de la ville, et avait l'humeur la plus massacrante de tous gens qu'il croisait.

Il savait le prix en souffrance, en privation, et en danger, qu'il faut payer pour entreprendre une aventure, il n'avait plus vraiment l'age pour cela, il se souvenait d'une culture où quand ils sont trop vieux pour aider ils se jettent dans l'eau glacée pour disparaître, lui il trouverait surement la mort dans ce voyage, c'était un crash test pour savoir si sa peau valait encore quelque chose, mais ca pourrait être aussi la réussite de sa vie, en tous cas il ne mourrait pas dans une ville, il avait connu des sables et des sables, il avait vu des lieux, que personne d'autres n'avait vu encore, dont certains que personne d'autre n'a vu depuis, le voyage, il ne savait pas vraiment pourquoi il partait à l'aventure, mais il n'avait vécu que comme cela et se disait il ne pouvait pas sérieusement finir autrement,

"il est temps allez, encore une fois de partir à l'aventure, puisque je ne sais rien faire d'autre." s'était il dit avant-hier en finissant sa bouteille de rhum.

Il se rendit au stand de Filipilos, il s'apprêtait à marchander de toute son énergie pour avoir le meilleur chameau au moindre prix, et avait décidé de faire un forcing agressif, il entra dans le corral, il s'arreta en plein milieu, quand il vit que le vendeur l'avait remarqué.

"Quoi c'est tout? mais on est dans un monde de va nus pieds ici ou quoi, y a pas une bete qui tient debout autrement que par la crasse qu'elle a sur les jambes! mais qui est l'éleveur de cirque de monstres ?regardez moi cela, celui on dirait qu'il est court sanguin depuis trois générations, celui a jamais du manger du sel de sa vie... "

Il gueulait en plein vent, l'air vraiment en colère, en attendant que Filipilos viennent le voir pour commencer les négociations, il lui fallait un bon chameau et il avait besoin de ses sous, il allait devoir jouer serré, avec le risque que le vendeur refuse de lui vendre où bien l'arnaque de vengeance. Un moment il fut déconcentré par trois hommes au loin, à coté du stand d'instruments de musiques, parce qu'ils étaient vétus de luxieuse et bizarre façon, et qu'ils étaient suivis par deux malandrins qui cherchaient l'aventure, ca l'interressait aussi, mais pour le moment il était question de jouer un tour à un vendeurs de chameaux et tous les aventuriers, vous diront que c'est généralement impossible et exceptionnellement très difficile, mais il tentait sa chance

0

RP posté le

Bingo, un truc curieux dans les rues des banales choses, l’œil de Mia avais enfin trouvé sa cible. Elle remarquas sans effort les 3 individus en costards qui circulaient dans la foule. Elle savais pas vraiment si ces derniers tentaient de passer inaperçu avec ces vêtements tape à l’œil, mais rien que cela attisait la curiosité de Mia. Néanmoins, ce qui poussa Mia à les suivre c'était le sceptre que tenais dans sa main celui qui devais être le leader du trio. Depuis quand c'était à la mode ? Quitte à avoir un objet dans la main, autant avoir une arme, ça serais pratique. Là le gaillard se baladais juste avec un costard extravagant et un sceptre comme si il était un seigneur, c'est bon on as compris, comme si il fallait en rajouter pour montrer que c'était un noble riche. Mia avala la dernière croute de pain qui lui restait et commença sa filature. Pas besoin d'être très discret dans cette foule, si ils s’apercevaient de sa présence, c'est vraiment qu'ils ont un œil dans leurs dos. Mia risqua quand même de s'approcher d'eux afin de mieux voir leurs visages.

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 5
0

RP posté le

Tandis que la femme s'en allait, et qu'on l'applaudissait, preuve que le discours est bien plus puissant que la violence de la mendiante, tout du moins c'est ce qu'en retenait Tadgh, il avait perdu de vue un homme habillé en costume noir et or et le cherchait brièvement dans la foule, un style aussi excentrique ne pouvait être qu'un homme passionnant ou pour le moins spécial. Or à la place d'un seul homme portant cet accoutrement extravagant, il en vit trois donc un qui possédait un sceptre, ils semblaient tous trois très attendus car ils marchaient d'un tel pas qu'on a peine à les suivre.

Et derrière eux, il semblait que la jeune femme à la guitare, s'élançait à leur suite pour les rattraper ou juste pour voir leurs visages. Intrigué, Tadgh lui aussi partit en direction de cet étrange cortège et suivit le plus discrètement possible les trois hommes richement habillés et la guitariste amateur.

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 5
0

RP posté le

INTERVENTION DU MJ

Filature et négociation de chameaux.

>> Si votre lancer de dés fait 1 ou 2, le trio risque de vous remarquer. <<

Tadgh O'Sullivan :

- Filature = 5/6 = Résultat positif, réussite du lancer.

Vous commencez à suivre discrètement "l'étrange cortège" efficacement. Les mouvements de foules arrivent à vous dissimuler suffisamment pour éviter de vous faire repérer par l'un des individus suspects ET Mia Laurena ne vous aperçois pas pour le moment. Vers le fond de la rue se trouve un grand carrefour et juste avant le stand de légumes de Vanessa Patrénet. Cette dernière ne semblait pas avoir de clients, elle prenait donc sa pause devant son stand. Le trio d'hommes en costumes entrèrent à l'intérieur du client, l'un des d'eux glissa furtivement une bourse dans la poche de la vendeuse. Vous comprenez donc qu'il faut se dépêcher à les suivre cependant vous êtes encore loin du stand. (Suite événements dans explication Mia)

Mia Laurena :

- Filature = 5/6 = Résultat positif, réussite du lancer.

Vous suivez discrètement le trio suspects avec brio, les mouvements de foules vous permettent de rester incognito. Néanmoins lorsque vous voyez le trio s'infiltrer dans le stands et voir que la commerçante semble suspecte également, vous vous voulez rattraper le trio à l'intérieur du magasin. Cependant alors que vous êtes à environ 5 m de l'entrée du stand, la roue d'un calèche de chameaux se casse et fit renverser la voiture sur le millieu de la rue principale. La fumée et le sables envolé par l'accident vous plonge dans une sorte de fumée sablonneuse qui vous empêche de voir l'entrée. Vous entendez les gens se rapprocher de l'accident.

Le père Timéo :

- Intervention au stand de chameau.

Alerté par vos cris, un garde s'approcha du stand pour intervenir mais le commerçant l’arrêta, lui disant de ne pas s'inquiéter. Filipilos était un ancien combattant de l'armée de l'humanité, il avais une forte musculature et ses yeux dégageait un sentiment de puissance. Il avais connu de nombreux clients difficiles, il savais comment s'y prendre dans ce genre de situation.

" Et vous semblez être en bonne santé vous aussi mon chère client, savez vous que l'état d’ébriété sur la voie publique est passible d'un emprisonnement ferme de 3 mois ? Bien, nous pouvons faire un marché, vous m'achetez une de mes magnifiques montures et moi et mon chère ami allons oublier votre état actuelle."

Qu'allez vous faire dans ce dilemme ? (N'oubliez pas d'utiliser un lancer de dés pour maximiser vos chances de réussir.)

0

RP posté le

Timéo ouvrir tout grand les yeux. Il était tombé sur un vendeur honnête, quelle chance!

"Si je vous prends une bête, c'est pour lui sauver la vie , on devrait vous faire arreter pour maltraitance, j'en ai vu un la bas, qui a peut etre une chance de survie, mais c'est moi qui devrais vous demander une somme d'argent pour les frais, que ca va me couter."

Il s'approcha de la bête en question, c'était évidement le plus bel animal, il lui caressa doucement l'encolure et parla beaucoup moins fort pour pas effrayer l'animal, il lui regarda ses dents,

"Mais vous le nourrissez avec du sable, c'est pas vrai, il a des mauvaises dents, il ira pas très loin, celui là, il mourra avant moi. Mais je vous le prends, c'est un animal du bon Dieu, je peux pas le laisser être traité comme cela, je vous donne cette somme pour le sauver." (les trois quarts du coût normal)

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 3
0

RP posté le

Tout c'est passé très rapidement, Mia n'as pas vraiment eu le temps de comprendre la situation, mais plongé dans le nuage de poussières, elle vit qu'elle avais la voie libre pour entrer dans la magasin, ce qu'elle fit. Sur le coup, elle n'as pas compris si l'accident avais été volontaire ou causé par le trio étrange, tout ce qui lui importait dans le moment présent c'était de poursuivre les 3 gaillards qu'elle trouvait beaucoup trop suspect à son gôut.

Ne les trouvant dans la pièce vide où elle se trouvait, elle décida d'observer la salle afin de voir sil y avais un passage ou un porte caché.

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 2
0

RP posté le

Simon marchait dans la "grande rue des festivités". Ces-derniers temps il s'était assez impliqué avec l'armée, même un peu trop à son goût, pour se permettre de prendre du temps libre. Sans combat, sans guerre. Juste, parfait. Après tout, il n'appréciait toujours pas sa position de conquérant, il la supportait. Ça faisait des jours qu'il hésitait, mais il ne pouvait toujours pas se résoudre à devenir un explorateur. Même si c'était son rêve d'enfant, il n'avait aucune garantie que ça marcherait pour lui et même si ses connaissances étaient très élargies il n'avait jamais eu de formation pour ça. Le doute se formait dans sa tête et il n'aimait pas ça, le doute mène toujours au déclin.

C'est donc pour ça qu'il était arrivé sur la Grande Rue des Festivités, pour la fête de Wasamba. C'était un événement assez intéressant pour Simon. C'était le seul moment où on pouvait rendre Simon un tant soit peu sociable. Tous ces gens de différentes origines et de différentes professions, tous réunis au même endroit, ça pouvait arracher un petit sourire à Simon. Il ne comptait pas nécessairement acheter beaucoup de choses, mais tous ces petits commerces étaient beaucoup trop intéressant pour les ignorer, les artistes de rues étaient géniaux, aux yeux de Simon. Il s'arrêta devant un vieil homme qui faisait des claquettes. Malgré ses yeux bleus froids, on pouvait sentir une certaine compassion dans son regard. Il applaudit l'homme faisant des claquettes, et lui laissa une petite poignée de pièces. Ne s'attardant pas devant lui, il décida de se diriger vers le stand d'Elvis Layton. Il connaissait à peu près tous les vendeurs (comme dit précédemment, il avait le bras long, même chez les civils), mais ça ne lui donnait pas beaucoup de faveurs dans les achats. Simon regardait les chapeaux, et il en repéra un particulièrement beau, un chapeau à plume.

"Bonjour Elvis. Comment va le commerce ? Combien coûte ce chapeau ?" Il pointa le chapeau à plumes, et il le regarda de ses yeux froids, pour essayer de le convaincre de baisser un peu le prix.

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 4
0

RP posté le

Tadgh se dépêcha de suivre les 3 hommes qui semblaient très intéressants et la marchande. Une corrompue ? S'approchant avec la foule près de la roue cassée et du nuage de sable, il ne vit pas la guitariste quand celui-ci se désépaissi drastiquement. Regardant de tout côté pour essayer de voir où elle était passé, pour savoir si elle était comme lui investigateur ou complice, son regard s'arrêta dans le magasin et malgré le sable devant il tenta de voir si elle s'y trouvait, elle qui suivait le trio étrange et la vendeuse à la bourse. Il regarda dedans si elle s'y trouvait, si c'était le cas, il entrerait sinon il observerait la foule pour tenter de la retrouver. [1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 2
0

RP posté le

INTERVENTION DU MJ

Accidents, inspection et ventes diverses et variés.

Tadgh O'Sullivan :

- Filature = 2/6 = Résultat négatif, échec du lancer.

Avec les petits nuages de poussières dû à l'accident, vous ne trouvez pas la guitariste ni les 3 inconnus suspects. Vous avez même un peu de fumée qui piquent vos yeux.

Décrivez vos actions en tant que témoin de l'accident mais à la fois investigateur.

Mia Laurena :

- Filature = 2/6 = Résultat négatif, échec du lancer.

Vous ne trouvez rien, le commerce semble n'avoir qu'une seule porte : celle de l'entrée. La commerçante n'est pas encore rentrée, mais elle risque de ne pas tarder.

Explorez et décrivez les rayons du magasins, peut-être trouverais vous une porte caché que vous n'avez pas vu (?).

Le père Timéo :

- Filature = 3/6 = Résultat plutôt négatif.

Filipilos vous regarde sans faire de bruit. Le garde lui demande si il faut intervenir, le commerçant lui dit d'attendre un peu.

"Ecoutez vous avez l'air d'être un homme honnête, et défendre la cause de ces animaux est honorable, cependant je dois vivre de mon commerce et je ne peut me permettre de faire ce genre de ristourne, le prix restera donc de 600 pièces de sables (l'ensemble de vos pièces de sables.)

Acceptez vous cette non-négociation ? Le garde semble être de mèche avec le commerçant.

Simon Worrinot :

- Filature = 4/6 = Résultat plutôt positif.

Elvis venais de sortir d'une porte sombre. Il sentait bizarrement beaucoup l'Alumal, un parfum en vogue à la capitale.

" Hey Simon, bas ça passe comme toujours, tu sais bien que les chapeaux trouvent beaucoup de chapeliers en ce moment", dit-il en décrochant un clin d’œil amicale."Tu veux acheter celui là ? Il fait partie d'une ancienne collection, mais il reste classe, t'as vu ? Tiens vu que t'es mon pote je te le fais à moitié prix. (20 pièces de sables)

0

RP posté le

Le père Timéo fit une moue boudeuse, il savait que ca ne servait à rien de continuer à négocier son stratagème n'avait pas marché.

"Oui il les vaut, je vais vous payer"

Timéo regarda une dernière fois le chameau et constata qu'il était en bonne santé, c'était un male, il lui servirait de jambes, il allait devoir faire attention au cout de tout maintenant, par contre,

"Menez moi à votre bureau nous allons calmement faire la transaction"

0

RP posté le

Elvis réussit à arracher un sourire à Simon, ce qui était très, très, rare. Il examina le chapeau à plumes et sortit 20 pièces des sables qu'il tendit à Elvis. Pourtant, il avait été un peu intrigué par l'odeur d'Alumal. Bien que ce soit un parfum très populaire ici, Elvis en avait mis beaucoup trop. Ou quelqu'un à l'intérieur en avait mit trop.

"Ancienne ou nouvelle collection, tu sais bien que ces notions n'ont pas beaucoup de valeurs pour moi ! Je le prend bien évidemment." Simon mit le chapeau sur sa tête, ça lui donnait un air extravagant. "Je sens beaucoup d'Alumal non ? Beaucoup trop... Tu as quelque chose à cacher, Elvis ? Tu sais bien que tu peux me le dire..."

Bien qu'Elvis avait arraché un sourire à Simon, celui-ci avait reprit son expression indifférente et son regard azur froid. Il le regardait de façon à ce qu'il ne soit pas tenté à lui mentir...

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 3
0

RP posté le

Toutes cette fête, cette agitation, cette vie, avait réjouit le cœur de Lucy. Elle s'étaient convaincu de porter ses vêtements léger : Des sandales à lanières, une jupe blanche mi-cuisse, et un chemisier en lin. Elle se baladait donc uniquement avec son Chakram de sorti, mais toujours avec sa carapace sur le dos, dans son sac, son bouclier y étant accrocher. Elle avait fait un tour dans les stands d'armure et d'épée, en passant par la jeune jongleuse : Qui lançait donc des objets en l'air, comme elle aimait elle même le faire, mais ça n'avait rien à voir avec des fléchettes ou des dagues de jet.

Alors qu'elle continuait son chemin, parmi les mouvements de foules, des mouvements se firent distinct, celui de 3 hommes habiller en costume de "l'ancien époque". Ce n'était pas les hommes eux-même qui l'avait intriguer, mais plutôt l'objet que l'un d'eux tenait : un sceptre. Il y avait bien des gens extravagants, surtout parmi les riches de ce monde, mais c'est le fait devoir comme une saltimbanque les suivre, qui l'intrigua encore plus... Préparait-elle un coup fourré avec d'autres ? Mais un autre, un homme s'engagea vers les 4 autre, lui élégamment habillé et... Portant un Corbeau sur l'épaule.

La combattante n'avait pas vu le visage de cette homme brun, mais, ses habilles, sa prestance combiner au sombre volatile, cela lui disait quelques chose. Elle se décida à les suivre, quand au bout d'un moment, elle perdit le fil de sa filature entre, un vieillard qui venait de faire un esclandre au stand de chameau, et la roue d'une calèche de chameaux qui se cassa, faisant se renverser une voiture sur le milieu de la rue principale., avant qu'elle n'arrive au stand de légume.

S'étant approcher pour savoir ce qu'il en était, il n'y avait heureusement pas eût de blesser. Elle avait aperçu l'homme au corbeau, en allant voir s'il n'y avait pas besoin d'aide, mais avait perdu de vu les 3 hommes et la saltimbanque, à cause de la cohue causer par l'accident, et toute la nuée de poussière. Allait-elle les retrouvaient ou devrait-elle s'informer directement auprès de l'homme au corbeau ?

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 2
0

RP posté le

Ne trouvant rien et sentant que le temps commençait à lui manquer avant que la commerçante revient dans la salle, Mia continua ses recherches dans les rayons du magasins. Tout semblait être comme une simple épicerie ou un simple magasin de légumes, rien ne semblait de louches. Mia ne pensais pas que les 3 gaillards s'était camouflé à travers les haricots ou encore parmi les salades du désert. Elle devais bien analyser les murs, le sol et même le plafond du petit stand.

Elle entendais du bruits provenant de dehors, les gens accouraient vers les lieux de l'accident, il fallait qu'elle trouve vite la fameuse porte.

[1d6]
Lancers de dés :
[1d6] = 4
0

RP posté le

INTERVENTION DU MJ

Filature et ventes diverses et variés.

Mia Laurena :

- Filature = 4/6 = Résultat plutôt positif.

Vous avez enfin perçu la porte caché derrière un tapis qui tapisse le mur. Vous décidez donc de l'ouvrir pour pouvoir retrouver les 3 inconnues. Mia Laurena débloque ainsi l'accès aux "Mur de la cité médiévale" ! Attention pour l'instant seul Mia peut y accéder car elle as trouvé la porte.

Le père Timéo :

Vous entrez alors dans le bureau. Vous êtes fortement surpris par la luxure qui débordais du bureau. La table du bureau elle-même était en marbre brut tandis que la pièce était faite à partir de bois de chêne, recouverte d'une peinture métallique qui donne un aspect éclatant. Sur les murs vous voyez de nombreux articles de journal exposés dans des cadres. Chaque "une" de ces journaux indiquait la victoire aux course de chameau d'un certains coureurs du nom de "Fabrice aux sabots d'ors". Sûrement un nom d'emprunt pour les courses. Filipilos vous indique de vous asseoir et commence à compléter les dossiers d'achat du chameau.

Vous pouvez observez le bureau et poser des questions à Filipilos pendant qu'il complète les papiers.

Simon Worrinot :

- Filature = 3/6 = Résultat plutôt négatif.

Elvis eu un air surpris lorsqu'il vit votre visage dur suite à votre sourire.

" De quoi parle-tu Simon ? Il y aurais des personnes qui voudraient voler mes chapeaux ? Cela serais à cause du festival ? Pour ce qui est de l'odeur, c'est ma femme, elle adore ce parfum !

Elvis vous dévisage alors, comme si il ne vous reconnaissait plus. Encaissant les 20 pièces de sables, Elvis demanda alors si il désirais quelque chose, il devais vérifier justement que sa femme avais préparé son déjeuner qu'il avais oublié de manger plus tôt.

Lucy Travis :

- Filature = 2/6 = Résultat négatif, échec du lancer.

Vous ne percevez rien à travers la fumée, néanmoins vous voyez un jeune garçon au sol près de vous. Il semblerais qu'il était dans la calèche avant l'accident. Il est vêtu de vêtements nobles, il se peut que ce soit un aristocrate.

0

RP posté le

La poussière piquait les yeux de Tadgh à tel point qu'il ne pouvait pas voir à l'intérieur du magasin, s'éloignant de la scène pour regarder aux alentours si la guitariste, les trois hommes et la corrompue n'y étaient guère, il faillit trébucher sur quelque chose, et s'éloignant encore, presque sortant du nuage pour se dépoussiérer les yeux, Tadgh regarda à travers le nuage qui semblait se désépaissir lentement, les yeux rouges. Caressant son corbeau, il vit vers la rue, une femme en armure, épousseter un jeune aristocrate à terre.

Ils ne semblaient pas l'avoir vu. Reculant encore une fois pour s'approcher des deux personnages, il espérait trouver de l'aide pour mettre les choses au clair, s'approchant d'eux il leur dit ces mots.


-Excusez-moi, auriez-vous vu trois hommes dont un possédant une canne entrer par ici ?


Il espérait qu'ils l'aient enfin vu.

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 3
0

RP posté le

Un "pauvre" à la fête de Wasamba, que faisait-il ici, certainement pas acheter des choses. Ce n'est pas que Killian n'avait pas d'argent, c'est qu'il n'en avait pas assez. Nuance. Dans son travail de forgeron, il était plus souvent payer en troc qu'en pièce de sable. Au Bidonville du Sale, ça allait, mais c'est pour l’extérieure que ça devenait plus compliquer...

De ces 2m28, il pouvait tous voir, sans être gêné par la foule, dépassant tous le monde de 2 voir 3 têtes. Passer inaperçu, ça c'était autre chose, mais pourquoi le voudrait-il ? La question qui se posait, c'était combien il allait tiré des pièces d'armures qu'il avait forger, pour le stand de ventes d'armures de Waza Caziloni. Quand il aperçu au loin, par-dessus les têtes des gens, un accident qui occasionna un gros nuage de poussière "Quel idée idiote et stupide de se déplacer en calèche, dans une rue aussi bonder que celle-ci" pensa-t-il, sans dire mot, continuant de regarder la scène en attandant Waza, dépité, quand il cru apercevoir un visage familier, celle d'une jeune femme qu'il avait connu, une amie : Lucy Travis.

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 5
0

RP posté le

Pas de chance, rien. Plus d'homme au Corbeau, plus d'hommes en costume, plus de saltimbanque... Mais, un jeune garçon près d'elle, au sol. Il semblait avoir était dans la calèche avant l'accident, un jeune garçon qui semble être aristocratique. Allait-elle avoir à faire à un petit pourri-gâté ? Tous les enfants le sont à différent degré.

Alors qu'elle se baisse vers lui, elle continu de jeter un coup d’œil autour d'elle, et l'aide à se relever en lui souriant. Puis elle l'époussette un peu :

-*Continuant à l’épousseter* Quel bien bel habit tu as garçon, ce serait dommage qu'il reste si poussiéreux. *Puis elle s'incline légèrement* Je me nomme Lucy Travis, conquérante de l'escouade d'élite. Tous va bien ? Dit-elle en lui souriant

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 2
0

RP posté le

INTERVENTION DU MJ

Liés à l'Accident.

Tadgh O'Sullivan :

- Accident = 3/6 = Résultat plutôt négatif.

Alors qu'ils discutaient, La femme au chemisier (elle n'avais pas mis son armure) ainsi que l'aristocrate vous remarquent ! Néanmoins à cause de la poussières, votre costume est devenu salle, ce qui enlève la classe naturelle que vous aimer arborer.

Killian O'Gowan :

- Accident = 5/6 = Résultat positif.

Pendant que le nuages de poussière se dissipait, vous remarquez qu'étrangement, l’échoppe de Waza était étrangement vide, vide d'employée ainsi que vide d'armures surtout. Un fait plutôt étrange.

Vous retournant vers l'accident, vous remarquez également la tête d'une vielle connaissance : Lucy Travis. De loin elle semblait parler avec un aristocrate ainsi qu'un noble qui avais un Corbeau perché sur une de ses épaules.

Lucy Travis :

- Accident = 2/6 = Résultat négatif, échec du lancer.

Tandis que vous vous présentez, le petit aristocrate vous dévisage avec un regard étrange.

ea10209bf81cbb90a21027369aa74450.png

Il devait à peine avoir 10 ans, mais son regard semblait extrêmement éveillé et mature pour un jeune enfant. Un enfant normal aurais surement cédé à la panique mais celui là semblait n'avoir que faire de l'accident. Il était vêtu d'un ensemble noble rouge et avais des yeux bleus perçants.

" Mes parents m'ont toujours dit d'éviter les guerriers du fronts, vous seriez des êtres dépourvues de cœurs et programmé à tuer en masse les forces obscures. "

Tandis que vous êtes étonné par la froideur de l'enfant que vous avez aidé, un homme interpelle dans votre dos. C'était l'homme au corbeau ! Il semblait chercher les 3 hommes en costards.


0

RP posté le

Alors qu'il rejoignait la grande rue des festivités, Ade n'avait pas le moral et la condition physique pour être aussi joyeux qu'il ne l'était normalement. Sortant d'une maladie contractée lors d'un restaurant où la nourriture était de mauvaise qualité, il ressortait de son lit alors qu'il ne l'avait pas quitté depuis plusieurs jours.

Enmitouflé dans son manteau, Ade se dirigea vers le magasin d'Hollande Desigual. Il a déjà eu affaires à lui plusieurs fois dans le passé et n'as jamais eu à redire sur la qualité des vêtements qu'il lui proposais, pour preuve cette paire de chaussures, il lui as acheté il y a près de 6 ans et pourtant elles sont comme neuves

"Salut Hollande ! Content de te revoir ! J'ai besoin d'habits chaud pour l'hiver et potentiellement contre cette saloperie de maladie tousse est-ce que tes mains sauraient me dégoter des vêtements remplissant ces critères ?" Hollande lui tendit alors deux beaux pulls et un pantalon de toile d'une douceur inégalée, lorsqu'il essaya les produits dans l'arrière boutique, il remarqua que seul l'un des pulls lui allait en taille et que le pantalon n'était pas assez large. Il faut dire qu'Hollande n'est pas tout jeune et que sa vision lui fait défaut.

Ade décide alors d'acheter ce pull quitte à s'acquitter d'une petite somme. Il paye avec un billet, la monnaie que lui rendra Hollande servira à la cagnotte des deux jeunes femmes dont les mouvements l'hypnotisent depuis plusieurs minutes lorsqu'il patientait dans la fille d'attente.

Il s'approche des deux femmes en évitant les propulsions de leurs poudres coloré et tendit le reste de sa transaction passée dans le petit panier installée à leurs pieds

[1d6]

0

RP posté le

"Mes parents m'ont toujours dit d'éviter les guerriers du fronts, vous seriez des êtres dépourvues de cœurs et programmé à tuer en masse les forces obscures."

Son égo venait de prendre un coup, alors l'individu au volatile obscure l'interrogeait sur les 3 hommes, qu'elle avait elle-même remarquer. Lui venait de l'autre côté de la rue principal, et elle du côté opposer, le tout se passant devant : le stand de légume !

Elle continuait à réfléchir en regardant le noble au corbeau, quand elle aperçu un grand type approcher. Grand c'était peu dire, au fur et à mesure elle le reconnu : Killian O'GOWAN ! Leur regard se croisèrent un instant, il semblait que lui aussi l'ait reconnu, sans pour autant s'arrêter. Il se dirige sur la calèche, torse et pieds nu, quel musculature... Bref ! Elle reviendrai à ses muscles, enfin son corps, NON à lui, histoire de... De prendre de ses nouvelles, juste de ses nouvelles !

Quand elle revient à ses moutons : le petit aristocrate douce parole, et le porte corbeau poussiéreux - éclaire de génie, elle reconnait enfin l'homme au charognard - :

- Monsieur le Ministre O'SULLIVAN je présume ? Désolé, je ne vous ai pas reconnu sous votre... Apparat désertique. Heureusement vous portez un signe très distinctif.*Finit-elle en souriant, amuser* Oui monsieur, j'ai vu les hommes dont vous me parlez, mais je crains d'avoir perdu leur trace ici même. *Elle revient sur le petit, plus sérieusement* Quand à vous jeune homme, ce n'est pas une manière de se comporter. On dit "merci, et bonjour" au moins, avant d'agresser les gens avec des propos diffamant *dit-elle en souriant* Non, nous ne sommes pas *Elle réfléchit à la notion "d'être un monstre* il ne faut pas tous nous mettre dans le même panier. *Arquant un sourcils, ironique* Entre nous, si j'étais dépourvus de cœur, et programmé à tuer en masse, je serais occupé à autres chose que de vous venir en aide. Alors quel est votre nom ?

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 6
0

RP posté le

Oui, après avoir insister un moment, c'était elle : Lucy. Est-ce qu'il devait aller la voir ? La reconnaîtrait-elle ? Cela faisait longtemps. Après un cours moment de réflexion, il se dit qu'il pourrait au moins aller donner un coup de main pour la calèche.

Ainsi le forgeron s'avance au travers de la foule : Ils l'observent toujours aussi étrangement, mais pour beaucoup, même avec ses 2m28, ils réussissent à le regarder de haut. Il passe près d'elle sans dire un mot, leur regard se croise. La jeune femme a bien changer, positivement, très positivement. il s'approche de la calèche, les gens qui y travailler s'en écarte, surpris.

- Uh... V-vous... Un coup de main ?

Après un moment d'hésitation, il l'accepte, et il observe le problème à son tour. Toutefois, une de ses oreilles reste attentive à la discussion de la conquérante. Des hommes louches apparemment, circulent ici. La question qu'il se pose du coup, est : Est-ce que cela a quelques chose à voir, avec le vide désertique qui règne chez Waza Caziloni ?

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 4
0

RP posté le

INTERVENTION DU MJ

Filature et animations.

Ade Van Bergh :

- Acrobates = 4/6 = Résultat plutôt positif.

Vous mettez alors de la monnaie dans le petit panier. En récompense de votre générosité, une des deux femmes commencent à tournoyer autour de vous, faisant un sorte de cercle de poudre coloré. Alors que vous êtes émerveillés par la scène, la seconde femme vous captiva d'autant plus.

66e887ac4d1c73ed34fed71b3113a647.png

Cette dernière était somptueuse. Les yeux d'un bleu purs dénotaient avec l'éclat fulgurant de ses cheveux roux, elle était bien plus jeune que vous, mais elle devait tourner autour de 22/23 ans. Ses vêtements, tâché par de nombreuses couleurs étaient étrangement beau et classe. Elle préparait dans sa main une grosse quantité de poudre.

Tout d'un coup, elle s'élança vers vous et fit une double vrille tout en libérant la poudre dans les airs, elle finit devant vous avec un double salto avant. Avant même que vous puissiez frapper dans vos mains pour ce beau spectacle, la femme sous souffla tout d'un coup une poudre noir sur votre visage, ce qui vous poussa à fermer les yeux. Peu de temps après vous tenter de rouvrir les yeux, mais vous vous rendez compte que vous ne voyez rien, comme perdu dans une nuit noir et profonde.

Décrivez votre ressentis pendant la présentation et votre réaction à cette fin inattendu.

Lucy Travis :

- Filature = 6/6 = Résultat positif, réussite critique du lancer.

Le garçon vous regarde une nouvelle fois d'un air narquois, comme si il semblait vous analyser.

" En effet vous semblait bien différente de la description des conquérants que j'ai reçu, c'est peut être votre coté féminin qui vous fourni ce minimum d'intelligence. Je me nomme Jean Lightwood Der Spasiba, IV Quatrain et 2eme fils héritier de la dynastie des Lightwood." Déclara-t-il en jetant un coup d'oeil derrière vous. " Mais on dirait bien Throney au loin ? Je vous laisse, conquérante Tirvas." et il s'élança en vous laissant en plant.

Alors que vous vous retournez vers lui pour voir vers où il se dirigeait, votre regard se pose sur l'intérieur du stand de légumes. Vous remarquez alors une étrange pille de tapis délaissé au centre de la pièce, comme si ils avaient étés jetés ainsi. Vous partez donc vers ce stand, laissant le politicien perdu et seul dans la fumée.

Killian O'Gowan

- Accident = 4/6 = Résultat plutôt positif.

Tandis que vous aider les villageois à enlever des débris du calèche, vous vous rendez compte d'un fait étrange : vous trouvez des fils coupés étrangement droits alors que le reste des équipement de la calèche étaient brisées de façon aléatoire. Vous vous retournez alors pour suivre la conversation de Lucy, mais vous ne la voyez plus aux cotés de l'homme au corbeau. Vous réussisez néanmoins à la voir plus loin, entrer dans un stand.


0

RP posté le

Pendant que Ade était entouré par l'une des deux danseuses, une vive couleur rousse atteigna sa pupille.
Cette jeune femme faisait moins de mouvements que sa partenaire mais ces sauts et cabrioles la rendaient particulièrement gracieuse.

Lorsqu'elle s'approcha de lui, Ade restait fixé, comme incapable de faire le moindre mouvement face à tant de beauté. D'un coup, une poudre noir frappa son visage.
Aveuglé par la poudre, il est alors obligé de fermer les yeux pour se protéger.
Lorsqu'il ouvre à nouveau les yeux, Ade était perdu. Comme si il était retrouvé dans une tempête de poussières du Bidonville dans les heures les plus sombres de la nuit.

Il se sentait comme abandonné. Sans repères pour se diriger et sortir de ce nuage, il tend les bras et les tourne autour de lui afin d'attraper la responsable de cette fin. Personne. Pas un individu autour de lui.
Dans le doute, voyant que le nuage n'était pas prêt de se dissiper, il décida de s'asseoir en attendant que cet amas de poudre disparaisse. Après tout, il n'était pas en danger, il n'était pas blessé et la poudre finirait bien par s'échapper. Il s'occupera après de retrouver cette femme. Elle l'avait intrigué et il ne comptait pas partir sans connaître son identité.
0

RP posté le

"...votre coté féminin, qui vous fourni ce minimum d'intelligence..." Peut-être. Il aurait dit qu'elle n'était pas trop conne, parce qu'elle était une femme, ça aurait été pareils. Elle le prit quand même en souriant. Surtout de la part de : Jean Lightwood Der Spasiba, IV Quatrain et 2eme fils héritier de la dynastie des Lightwood.
Comment tu veux retenir un nom pareils ? C'était bien les aristocrate ça, surtout que lui n'avait pas été foutu de retenir son nom : "Conquérante TIRVAS" ! Et puis pouf, plus de gamin.

Alors qu'elle le suit du regard, quelques chose attire son attention vers l’intérieur du stand de légumes. Elle insiste alors un peu plus : Une masse en pleins vide. Une pile de tapis, en plein milieu de l’intérieur. Elle ne fait plus attention au ministre au piaf, et se sent irrémédiablement attiré vers cette pile. Son instinct ? D'ailleurs celui-ci lui recommande vivement, de revêtir tout son attirail de guerrière.

Elle entre alors, et arriver au pieds du tapis elle observe autour d'elle. Sur sa gauche se tient alors une porte. Le rapport est vite fait : Le tapis cachait l'entrée de cette porte. Elle s'empresse alors, de revêtir son armure et son bouclier dans un coin sombre. Cette étape passer, qu'allait-elle trouver derrière cette porte ?

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 3
0

RP posté le

Du sabotage ! Killian n'en croyait pas ses yeux, il avait devant lui la preuve que la calèche, avait été saboter ! L'étrange vide de chez Waza, le sabotage de la calèche et... La conversation de Lucy. Cela faisait beaucoup. Il y avait effectivement quelques choses qui se tramait, quoi ? Il ne le savais pas, mais la conquérante avait l'air d'en savoir quelques choses, du moins quelques choses qui soit en rapport avec tous ça.

Cependant, il l'a perdu de vue ! Après l'avoir chercher, il l'a voit entrée dans un stand... De légumes ? Une femme qui entre dans un magasin de légumes, ce n'est pas si étrange, c'est même tout à fait normal. Même d'une banalité affligeante. Par contre, il s'agissait de Lucy. Elle n'avait pas l'air de ce genre de femme à aller acheter des légumes, pour préparer un petit potage. Non, pas Lucy. Alors il l'a suit, intriguer, sans faire plus attention à l'homme au corbeau.

Quand il entre, il l'a voit finir de s'arnacher comme pour aller au combat, face à une porte. Qu'est-ce qui pouvait bien se tramer ici ?

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 6
0

RP posté le

INTERVENTION DU MJ

Filature et animations.

Ade Van Bergh :

Alors que vous tournoyez vos bras dans le vide cherchant à toucher quelque chose, une lumière s'allume au dessus de vous, tel une sorte de spot lumineux. Vous voyez que vous êtes assis sur une chaise en bois et que vos jambes et vos poignets étaient attaché à cette chaise par des cordes. Alors que la lumière vous permettais de voir la chaise, elle ne permit pas de voir autour de vous, l'environnement autour de vous restais dans un noir total. Tout d'un coup, vous entendez un bruit, un bruit qui semblait résonner, comme dans une grande caverne. Un bruit de pas. Quelqu'un marchais dans votre direction et ses pas résonnais comme si la pièce dans laquelle vous vous trouvez était une grande caverne, et non la rue turbulente de la fête de Wasamba. Un autre projecteur s'alluma à quelques mètres devant vous.

6a8fd45d72da965b8d64631f8415a7f2.png

Vous n'arrivez pas à savoir si la personne qui vous faisais face était un homme ou une femme. Il était habillé de façon élégante et portait un haut de forme sobre.Il avait la posture et un corps qui laissait supposer que c'était un homme, mais sa tête n'avait rien d'humain. On dirait qu'on lui avait implanté des bout de carrosseries et de nombreux petits éléments de l'ancien monde, sa tête avais l'air d'être un amas de résidu métalliques. Cependant, c'est deux minis projecteurs qui faisaient office d'yeux tout en envoyant de la lumière. Vous n'avez jamais vu rien de tel auparavant. Alors que vous l'analysez, vous remarquez que la jeune rousse que vous avez observé plus tôt se tenait posté à coté de lui.

" Ade Van Bergh. Connais-tu la théorie des miroirs ?" dit la chose avec une voix grave et irréel a la fois. Il posa sa main par terre et continue : "Connais-tu la théorie du grain de sables ?" s'exclama-t-il avec force. Des particules de sables sortaient du sol et flottaient à présent dans les airs. La chose se releva et dit : "Connais-tu la théorie du spectre pourpre ?". Une sorte de brume rougeâtre commençait à se répandre dans la salle. Pendant tout ce spectacle, vous n'avez pas bougé.

Analysez la scène, faites ressortir les émotions de votre personnage et lancez un jet de dés.

Lucy Travis :

- Filature = 3/6 = Résultat négatif, réussite plutôt négatif.

Avant même que vous pussiez vous engager vers la porte, une voix féminine vous intérrompa :

"Ah que bindiou tsai' lo ! Kek' fait tu lo toi wo ?"

La personne qui vous avais interrompu semblait être Vanessa Pastrénet, la vendeuse du magasin. Elle avais un physique assez banale, âgé d'une 40ene d'année. Voyant votre mine confuse, elle fit un gros soupir et se frappa la tête avec étonnamment de force. Elle tomba à vos pieds.

(Suite après)

Killian O'Gowan

- Filature = 6/6 = Résultat positif, réussite critique du lancer.

Lorsque vous arrivez, vous voyez la gérante du stand tomber à terre face à Lucy, qui semblait perdu. Néanmoins grâce à votre œil attentif, vous remarquez le poignard dissimulé dans la ceinture de la vendeuse, un objet dangereux qu Lucy ne semblait pas avoir remarqué. Tout d'un coup la femme se releva en sursaut et pris une pose, comme dans un défilé, face à Lucy.

"Et bien ma chère, vous avez fière allure dans votre tank portatif, mais pourquoi s'équiper ainsi dans mon humble lieu de vente de légume, sachant que nous sommes dans une période de fête et que nous humons paix et amour ?" dit-elle avec élégance, tout en vous dévisageant avec dégoût.

Alors qu'elle parlais, vous avez réussis à vous approchez tout en restant dans l'angle mort des deux femmes.

0

RP posté le

Surprise, Lucy avait été surprise par l'arriver de celle, qui semblait être la gérante. Non seulement par son arrivé, mais surtout par son parler. Encore plus quand celle-ci eût une attitude ? Un comportement... Bizarre ? Alors que celle-ci tombait, la guerrière eût à peine le temps de penser à l'aider, qu'elle se releva soudainement, avec... Une tout autre personnalité ! Confusion totale !

Tank portatif ? humons paix et amour ? surtout avec son visage qui ne semblait qu'exprimer que dégoût envers elle ? C'est alors remarqua la présence de Killian, qui avait été d'une certaines façon dans leur angles mort à toutes les deux. Celui-ci semblant lui mimer quelques chose : Quelques chose de long, que l'on empoigne, qui se plante dans le dos ? Un poignard ? Dans... Derrière la vendeuse ?

Si elle l'avait bien compris, celle-ci avait un poignard cacher, dans son dos. Elle continua cependant avec la vendeuse :
-*Regardant celle-ci droit dans les yeux, chakram en main* Paix et amour dîtes-vous ? Alors *Elle hésite, puis* Pourquoi... Avoir besoin d'une arme sur vous ? Je reconnais être arnacher comme "un tank" *dit-elle en faisant un sourire en coin* mais je suis une conquérante, et je vous demande de m'indiquer sur le champs, où conduit cette porte !

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 4
0

RP posté le

Placer dans l'ombre, la vendeuse pas très net, ne le voyait pas - Il fallait quand même le faire, pour louper un gars comme lui - C'est dans l'élan d'un très grand pas, qu'il subtilisa le poignard de la vendeuse, alors que Lucy tenait la conversation ! Enfin, si on pouvait appeler ça une conversation.
L'arme en main, il dit lui-même à l'adresse de la quarantenaire :
-*Tenant le poignard en le regardant, expert* Belle objet, du jolie boulot, très jolie même. La lame est affûté à souhait, un très bonne équilibre *Il l'a regarde alors, et dit ironiquement, mais sérieusement* C'est pour couper des carottes ?

Il vit que Lucy s'était retenu de rire, ça n'aurait pas été sérieux de sa part. Cependant, lui aussi était maintenant intrigué par cette porte, à cause de Lucy.
- Est-ce que ça vous dérange, si on jette un coup d’œil ? *Dit-il s'étant déjà diriger vers la porte*

[1d6]

Lancers de dés :
[1d6] = 2
0

RP posté le

Vous n'arrivez pas à savoir si la personne qui vous faisais face était un homme ou une femme. Il était habillé de façon élégante et portait un haut de forme sobre.Il avait la posture et un corps qui laissait supposer que c'était un homme, mais sa tête n'avait rien d'humain. On dirait qu'on lui avait implanté des bout de carrosseries et de nombreux petits éléments de l'ancien monde, sa tête avais l'air d'être un amas de résidu métalliques. Cependant, c'est deux minis projecteurs qui faisaient office d'yeux tout en envoyant de la lumière. Vous n'avez jamais vu rien de tel auparavant. Alors que vous l'analysez, vous remarquez que la jeune rousse que vous avez observé plus tôt se tenait posté à coté de lui.

" Ade Van Bergh. Connais-tu la théorie des miroirs ?" dit la chose avec une voix grave et irréel a la fois. Il posa sa main par terre et continue : "Connais-tu la théorie du grain de sables ?" s'exclama-t-il avec force. Des particules de sables sortaient du sol et flottaient à présent dans les airs. La chose se releva et dit : "Connais-tu la théorie du spectre pourpre ?". Une sorte de brume rougeâtre commençait à se répandre dans la salle. Pendant tout ce spectacle, vous n'avez pas bougé.

Analysez la scène, faites ressortir les émotions de votre personnage et lancez un jet de dés.

Alors qu'Ade reprenait conscience des événements, il remarqua qu'il n'était plus maître de son corps. Bloqué par des cordes bien nouées, il hurla à l'aide.

Malheureusement, la personne qu'il vit arriver n'était pas la pour le libérer de ces chaines. Pendant que les différentes personnes rentrèrent dans la pièce, dont la dame rousse, il analysa la pièce pour trouver de potentiels moyens de sortie. A part ce trou dans lequel il ne pourrait passer que son bras, il n'avait pas d'autre échappatoire.

Soudain, les deux projecteurs du visage de la première personne a être rentrée s'illuminèrent. Sur le coup, Ade tressaillit. Ce visage, cette allure. Elle était si... inhumaine, comme mécanique. Même si son habillement était très humain, il contrastait totalement avec sa dégaine et sa façon de marcher.

C'est quand il approcha son visage qu'Ade vit tout les fils, les cables qui encerclaient son visage. Sa voix n'en était pas moins inquiétante.

Le personnage masqué commenca alors une série de questions sans réponses. Il les récitait d'une manière très aseptisée, comme si ces phrases, il les avait répétées jusqu'à l'écourement. Cependant, Ade écoutait d'une oreille discrète les phrases incompréhensibles de ce mysterieux étranger, il cherchait un point faible de sa chaise pour se détacher.

Ayant pratiqué du combat il y a plusieurs années avant de partir en expédition dans le bidonville, il doit bien avoir encore quelques restes si jamais il arrivait à se dégager et que la situation tournait au pugilat.

[1d6]


Lancers de dés :
[1d6] = 4
0