La plateforme infinite RPG fermera à partir de novembre 2019. En savoir +
{{{$data->nom}}}

Désert Pourpre

Scène libre : Lorsque Sokko embrassa la flamme de la révolution.

Créer une scène libre Répondre

RP posté le

Vous étiez en train de marcher au moment des faits, non loin de la tour des yamakasis lorsque vous entendiez alors une forte explosion non loin de vous. Cela faisait 4 jours que les combats n'avaient cessé entre les révolutionnaires et les gardes, qui avaient décidé du jour au lendemain de prendre possession d'un "quartier" du bidonville afin de mener un projet de l'armée de l'Humanité. Forcément, les pauvres ainsi que les révolutionnaires se sont opposés fortement à ce projet.

Avant même que vous puissiez identifier le lieu exacte où avais retentit l'explosion, de nombreux yamakasis déboulèrent depuis des tyroliennes situé en haut de la tour, sautant par la suite sur les ruines tel des ninjas, des oiseaux, des sortes d'anges. Leurs noms étaient connu partout dans le Bidonville du Sale et d'autres bidonvilles voisins : Les Angelos. Arborant leurs tenues d'un noir sombre, le Logo des Angelos était retranscrit en blanc sur le dos de leurs vestons : une émeraude possédant 2 ailles.

Vous décidez alors de les suivre dans leurs parcours afin d'observer les affrontements.

Introduisez votre personnage à la scène et décrivez ses observations.

0

RP posté le

La maigre communauté qui tentait encore de survivre pacifiquement dans le bidonville comptait une poignée de "tirailleurs" pour les protéger. Sokko avait grandi dans cette petite tribu qui tentait de résoudre les problèmes par l'entraide et qui essayait vainement depuis des années d'établir des liens entre les différents groupuscules qui se partageaient les zones de conflit.

Ce jour-là, Sokko était de garde et la secousse d'une détonation manqua de la faire tomber : ce n'était plus des échauffourées, après quatre jours de conflit, la guerre s'intensifiait. Sur sa droite, elle vit la façade d'une ruine assez haute et épaisse se lézarder dangereusement. Se fut comme un signal d'alarme : sa communauté avait trouvé l'accès sous-terrain d'un vieux métro enfouis sous le sable et la plupart des enfants et des femmes y était abrité 24h sur 24. Si les explosions continuaient avec cette force, il fallait prévoir un effondrement.


Sokko décida donc d'aller observer de plus près les combats pour se rendre compte des armes utilisées. Au cas où des artilleries anciennes et puissantes auraient refait surface, elle préviendrait son clan et établirait avec les anciens un plan d'urgence. Elle fila donc à travers les bâtiments détruits depuis longtemps et, son javelot à la main, poursuivit à bonne distance les Anges Noirs qui voltigeaient de toits en toits.

Son œil de chasseuse observa, dans le ciel, les vautours corrosifs - le cou marqué de traînées vertes et purulentes - qui tournoyaient vers l'épicentre de la ville : quand ces monstres approchent en nombre, c'est que le sang et les cadavres sont foison. Sokko senti l'adrénaline monter en elle, comme une flèche de poison dopant.

0

RP posté le

Le champs de batailles étaient en pleine ébullition. Depuis vos hauteurs, vous pouvez voir distinctement une sorte de ligne de gardes qui avançais, tenant une lance pointé vers l'avant et avançais lentement sous les jets de cocktail Molotov ou de boulets de cannons venant des ruines les plus hautes. Vous voyez des citoyens s'enfuirent à l'opposée des gardes, certains trébuchaient tandis que d'autres tentaient désespérément de relever leurs femmes et leurs amis. Vous apercevez alors les Angelos en train de s'éparpiller sur le champs de batailles. Ils tombèrent alors sur la ligne des gardes, brisant la formation et transformant alors le combat en duels au corps à corps dans une pagaille générale.

Avant même que vous n'ayez le temps de réfléchir à ce que vous devez faire, Un Angelos arriva auprès de vous. Il avais les cheveux rasés et portait une armure de garde tagué par le symbole des Angelos.

" Eh vous ! Faites attention à vous, nous essayons d'évacuer les citoyens, les gardes semblent avoir sortis des cannons militaires ! Partez d'ici, les révolutionnaires vont essayer de ralentir leurs avancées. "

Sur ses mots, vous entendais un grand coup de canon qui propulsa un boulet sur les ruines en face de vous, qui explosèrent en mille morceaux. Le jeune aux cheveux rasés sauta alors automatiquement afin de rejoindre ses confrères.

Allez-vous le suivre ou vous enfuir avec les citoyens ?

0

RP posté le

Des canons ? C'était donc le grand jour ? Celui qui porterait la ruine sur la ruine. Celui qui ferait des décombres des décombres. Sokko frémit - bientôt le soleil balayerait ces terres et rien ne pourraient plus y faire d'ombre. Quel poète, quel idiot aura rêvé un jour de ce monde effondré où des canons achèvent de raser les abris des hommes ?

Sokko fit peut-être l'erreur de sa vie, elle pensa que si les fondations de la ville se mettaient à trembler, sa communauté aurait la présence d'esprit d'évacuer le souterrain.

Elle suivit à distance le guerrier, bien décidée à empêcher les canons de tirer davantage.


0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>